Créer ou non une liste de naissance ?

13 févr. 2021 Annecy


J'ai commencé cet article en juillet 2020, juste avant d'abandonner totalement le blog pour les derniers mois de cette même année, bien avant d'imaginer que, quelques semaines plus tard, je découvrirai à mon tour ma grossesse. Nous avons gardé le secret bien au chaud jusqu'en novembre, nous voulions attendre la fin du premier trimestre, la fin de toutes les analyses possibles que l'on doit faire durant cette période. Allant de paire avec la joie de nos familles, de nos amis, et des maux de la grossesse (qui ne m'ont clairement pas épargnée), je me suis retrouvée confrontée à quelque chose d'autre, que j'avais heureusement presque anticipé : le souhait de beaucoup, d'avoir hâte d'acheter telle ou telle chose pour le futur bébé, d'avoir hâte de le couvrir de cadeaux et pour d'autres, de vouloir nous donner ou vendre telle ou telle chose qui pourraient nous servir pour bébé, et ce, bien avant que j'ai réalisé quoi que ce soit, ou que j'ai eu l'envie de m'investir dans les achats (ce qui est arrivé qu'au cours du 5ème mois). Bien que je comprenne l'attention, l'envie de nos proches, je ne suis pas du tout à l'aise avec tout cela. Mon amoureux et moi sommes dans une démarche au quotidien de réduire nos déchets, d'acheter au maximum d'occasion/de seconde main quand c'est possible et, comme nous déménageons assez régulièrement, de réduire ce que nous possédons d'une manière générale. La plupart d'entre nous (mon amoureux et moi-même compris) avons grandi dans des maisons, parfois immenses, et ce n'était donc pas forcément un problème d'avoir beaucoup, puisqu'il y avait de la place (dans les caves, garages, greniers) pour stocker. Le fait est que nous vivons actuellement dans 80m² (ce qui est déjà vraiment pas mal!) et que la chambre du futur bébé ne fait pas plus de 7 ou 8m². Nous ne pourrons donc pas nous permettre de surcharger sa chambre (qui servira également de lieu de change et espace de jeux) et allons donc au maximum faire preuve de minimalisme. Ok, si j'y arrive car il faut bien avouer que les objets pour bébé en tout genre sont vraiment canons. 

Avec tout cela, je me suis renseignée sur les différentes listes de naissance, ce qu'il est possible d'acheter d'occasion ou non, ce que nous pourrons récupérer chez nos proches ou même nos parents. J'ai dressé une liste de ce que j'aurai absolument besoin d'acheter neuf : les tétines, les sous-vêtements de grossesse et d'allaitement, les biberons, les couches (et encore, j'en ai trouvé sur Vinted, des paquets neufs pour quelques euros), les produits de soin et sûrement quelques petites autres choses que j'oublie à l'heure actuelle, ou que je n'arriverais pas à trouver d'occasion. 
 
Les vêtements et les jouets :
 
Pour ce qui est des vêtements pour enfants, c'est ce qui est le plus souvent offert par l'entourage. Et souvent dans du 0-3mois ! Ce qui fait que finalement, bébé n'en utilise même pas la moitié, sans compter tout ce que l'on ne lui mettra pas car pas du tout dans nos goûts. ;) A mes yeux, les vêtements sont le poste de dépense pour lequel on peut le plus réduire notre budget. Nous pouvons récupérer les habits de notre enfance (ma mère a gardé les nôtres donc je vais pouvoir faire un tri dans ceux-là), ceux de nos amis qui ont eux aussi des enfants et qui ont gardés leurs vêtements, ou acheter sur Vinted ou Le Bon Coin, en lot ou non. Même d'occasion, les vêtements pour les bébés sont tellement peu portés que tout ce que l'on achète est souvent en excellent état, voire neuf !
 
Il en va de même pour les jouets, on en trouve tellement d'occasion de nos jours, qu'il serait presque ridicule de s'en priver. Sur Vinted ou Le Bon Coin, il est possible de trouver de beaux jeux en bois, de marques qui, neuves, coûtent assez chères, pour quelques euros seulement et neuf ou presque. Mon expérience d'auxiliaire de puériculture fait aussi que j'ai conscience qu'un enfant (surtout un bébé) n'a pas besoin de beaucoup de jouets pour être heureux. J'ai aussi très peu envie de me retrouver avec des jeux en plastique, fabriqués en Chine ou ailleurs, aux couleurs flashy que le bébé ne distingue même pas, ou ces fameux jeux que les parents redoutent tant : ceux qui font un bruit infernal et qui finissent par se retrouver au placard car « plus de piles ». Même chez les familles chez qui je travaille, je ne donne jamais ce genre de jeux aux enfants bien qu'ils les aient à la maison.


Poussette, siège auto et mobilier :

Ceux auxquels on pense le moins souvent. Et pourtant ! Ce sont les plus gros postes de dépenses pour un futur bébé. Si la poussette et le mobilier (meubles, lit bébé, lit parapluie, lit cododo, couffin) peuvent être achetés d'occasion, ils n'en restent pas moins onéreux mis bout à bout et c'est là que les futurs parents auront le plus besoin d'aide en réalité. Quant au siège auto, à moins d'être vendu/donné par des proches, il faut l'acheter neuf. Un siège-auto ayant été accidenté, même à faible allure (10 ou 20km/h suffisent) a fait son job et ne le fera plus pour l'occupant suivant. Or à une si faible allure, il y a fort à parier que ça ne sera pas visible sur la coque et qu'il reste donc à savoir si l'on souhaite prendre le risque de faire confiance au revendeur ou non. L'autre chose qui constitue un poste de dépense auquel on ne pense pas souvent est le matelas du lit bébé, qui pour des raisons d'hygiène ne doit pas non plus être acheté d'occasion à une personne inconnue.

Ces choses qui ne s'adaptent pas à notre vie quotidienne :

Sans compter la quantité par rapport à la taille du logement, il y a plein de choses qui peuvent ne pas être utiles à des futurs parents. Un stérilisateur, quand les parents ont un lave-vaisselle ou des plaques de cuissons. Aujourd'hui les biberons, tétines et autres objets qui autrefois devaient être stérilisés (et il n'y a pas si longtemps car lorsque j'étais en CAP Petite enfance en 2014, on nous apprenait à stériliser) peuvent aujourd'hui simplement être mis à bouillir ou au lave-vaisselle. Une chaise-haute, qui ne nous servirait à rien puisque l'on a un comptoir, et que les chaises hautes sont faites pour les tables à hauteur normale. De notre côté, nous devrons donc acheter (d'occasion si possible), une chaise dans ce type-là, qui s'accroche directement au comptoir (mais nous avons le temps, puisque ce sera uniquement quand notre bébé pourra commencer la diversification, donc pas avant ses 5mois). Dans notre cas, la baignoire est également inutile puisque nous avons déjà une baignoire. La salle de bain est trop petite pour accueillir une table à langer, une baignoire bébé et la baignoire elle-même ne permet pas d'y accrocher un plan à langer mobile. La table à langer elle-même ne nous servira pas, ayant investit dans une commode pour ranger les affaires du bébé, nous aurons juste besoin d'un tapis de change à placer sur la commode (que nous avons acheté d'occasion sur Vinted). Du même style, si la famille n'a pas de voiture, il n'est pas utile d'avoir un siège auto (je pense aux familles vivant en ville notamment), en revanche, ils pourraient avoir besoin d'un porte-bébé, ou d'une poussette plus facilement maniable, pliable et compacte. 

Le choix des listes de naissances :

Aujourd'hui, il est possible de passer par tout un tas de magasins de puériculture pour créer une liste de naissance. Le problème de ces magasins, c'est qu'ils proposent tellement de choses que l'on ne sait plus où donner de la tête, ils créent aussi cette impression que tout va nous être super utile ou indispensable, alors qu'au final pas du tout. Même moi, dont c'est pourtant le métier, je suis complètement perdue sur le fait de savoir ce qui nous sera réellement utile et indispensable ou non. Pour cela, je me fie beaucoup à ce dont je me sers au quotidien pour les petits dont je m'occupe, à savoir : pas grand chose. L'article de Marine, qui tient le blog et le compte Instagram Petit Champignon de Paris, m'a également beaucoup aidée car elle parle de sa propre expérience et qu'elle vit également dans un appartement (elle en plein Paris). Je vais donc utiliser ses listes comme trame de base sur ce qui pourrait nous être utile ou non, et de là, faire à nouveau un tri pour l'adapter au mieux à notre vie quotidienne.
 
Comme je vous le disais, vous pouvez créer des listes de naissances facilement dans presque n'importe quel magasin de puériculture : Aubert, Verbaudet, Autour de Bébé (même Amazon maintenant, c'est pour dire!) ce ne sont pas les magasins qu'il manque. Les articles y sont toujours neuf, pas forcément fabriqués à proximité, les choix peuvent vite vous donner le tournis et les prix varient du simple au double.

La liste de naissance le plus souvent utilisée aujourd'hui est celle de Mes Envies. J'adore le principe dans le sens où cela permet de choisir exactement le type d'objet que l'on veut : que ce soit dans un magasin de puériculture, chez des créateurs, dans des concepts-stores, on peut même mettre un lien vers un article Vinted ou Le Bon Coin. C'est la solution idéale pour les achats de proximité. En terme d'utilisation, ce que je trouve dommage c'est que du coup, les frais de port par exemple, ne sont pas centralisés. A savoir donc que pour deux articles dans la même boutique, si ils sont choisis par deux personnes différentes, les frais de ports seront payés par chacune de ces personnes. J'aime aussi beaucoup le côté gestion de la plateforme Mes Envies, car elle permet de noter les colis reçus au fur et à mesure ainsi que de gérer l'envoi des remerciements afin de n'oublier personne.

Je suis à la fois pour et contre l'idée de la liste de naissance. Pour parce qu'elle permet à nos proches de nous offrir exactement ce dont nous avons envie/besoin, ainsi, on limite les achats qui ne correspondent pas aux goûts des parents, qui ne leur serons pas utiles, qui seront éloignés de leurs valeurs, cela limite également les cadeaux spontanés à la naissance puisque les proches auront probablement déjà participé sur la liste de naissance. Contre car on impose un certain budget en fonction de ce que l'on choisi. Il faut donc réussir à proposer des accessoires aux budgets variés.
 
En tant qu'amie/famille, je suis toujours contente quand on me transmet une liste de naissance, ou une cagnotte, ainsi je peux choisir ce que je préfère selon mon budget, tout en permettant aux futurs parents d'avoir exactement ce qu'ils souhaitent, ce dont ils auront besoin. Le principe de la cagnotte ne me gène pas non plus, j'y donne le montant que j'aurai mis pour un cadeau lambda et la personne bénéficiaire peut ensuite s'en servir pour ce dont elle aura besoin. Je suis également extrêmement reconnaissante envers ces personnes qui participent à la nôtre, que ce soit pour des choses essentielles du quotidien ou pour d'autres, un peu plus futiles et classées dans la catégorie des plaisirs purs.



L'utilisation d'une cagnotte :

Aujourd'hui, il est aussi très courant d'opter pour une cagnotte. Que ce soit en passant par une plateforme comme Leetchi, Cagnotte.me. La plateforme Mes Envies permet de lier à notre liste de naissance, une cagnotte. L'argent est peut-être moins personnel que la liste de naissance, mais il peut s'avérer très utile. Dans notre cas par exemple, lorsque l'on veut au maximum acheter d'occasion mais qu'une aide financière n'est pas de refus. Ou afin que plusieurs personnes participent sur un même objet onéreux : poussette, lit bébé, siège auto, séance photo. Chaque personne peut donc mettre le montant qu'il souhaite, que ce soit 5€ ou 100€, cela permet une plus grande liberté de la part des participants, tout en étant d'une grande utilité aux futurs parents. L'argent permet aussi une utilisation tant immédiate que lointaine. On pourra s'en servir dès les premiers achats, ou pour lui offrir un cartable à la rentrée en crèche ou scolaire. En revanche, cela rend l'expérience moins humaine, moins intime.


 
Avoir une approche plus responsable :

Au fil des années, j'ai appris à faire fonctionner plutôt les créateurs et créatrices français, je fais aussi très attention à ce qui entre dans notre appartement en terme de matières, de lieu de fabrication, de traitement (oui, oui, même les jouets pour enfants sont traités). J'aime les matières brutes telles que le bois, ou les créations faites avec des matières recyclées. J'opte au maximum pour le made in France ou Europe, et c'est avec les affaires pour enfants que c'est le plus simple. J'aime étudier les entreprises, suivre les créateurs sur Instagram, et en ce sens-là, je doute que toute notre famille et nos amis connaissent mes marques favorites, celles que j'aimerai accueillir chez moi. 
 
Je passe beaucoup de temps sur Vinted (depuis plusieurs années, même avant d'attendre un bébé) pour faire du repérage, chercher les articles d'occasion de mes marques préférées afin de réduire les coûts tout en participant à l'économie circulaire. A part les collants et sous-vêtements, je ne crois pas m'être acheté un habit neuf depuis au moins 2ans.

Je n'ai donc à ce jour par encore trouvé un système avec une solution parfaite. Je vais d'abord récupérer / acheter d'occasion ce que je peux, j'ai également créé une liste de naissance pour les petites choses qu'il nous faudra acheter neuves. Nous y avons lié une cagnotte afin de permettre à ceux dont les cadeaux ne rentrent pas dans le budget de donner le montant qu'ils souhaitent.

Et vous, pour quelles solutions avez-vous opté durant votre grossesse ? En tant que famille/amis, qu'est-ce que vous préférez ?

Publier un commentaire