Bonjour et bienvenue !

Comme tu peux le constater, mes articles de la Californie ne s'affichent plus. Pour les découvrir je t'invite donc à passer directement via ce lien : https://www.notebook.ldmailys.com/search/label/Californie

Merci de ta compréhension, j'essaye de trouver une solution.

Sélection de livres pour enfants. #3

21 mars 2020


Je me réjouis de reprendre petit à petit du service sur le blog ! Comme vous avez pu le constater, j'ai eu une petite baisse de régime pendant quelques temps. Je vous ai partagé mes premiers articles sur notre voyage à New-York, et ma reprise de boulot m'a remotivée à écrire. Même si je me retrouve au chômage technique seulement deux semaines après avoir commencé ! ;) Bref, voici une nouvelle sélection de jolis livres pour enfants.

Sélection # 3 :

Je t'aime jour et nuit - Smriti Prasadam Halls et Alison Broun

Édition : Gautier-Languereau

Un livre d'une douceur infinie. Une déclaration d'amour, aux dessins délicats et aux textes chantant. Pas de véritable histoire ici, il faut s'imprégner de la tendresse par le biais des illustrations. Et du texte, comme d'une poésie. Cet album existe à la fois en format cartonné et non-cartonné.

 

La drôle d'idée de mon papa ! - Rémi Chaurand et Alexandra Huart

Édition : Nathan

Quoi de plus banal qu'un petit garçon qui n'a pas du tout envie d'aller à l'école ? Son papa l'emmène alors dans une folle aventure à travers leur ville, en tête à tête. Un livre coloré, unique, joyeux. Un livre qui montre que même sans aller à l'école, les enfants apprennent des tas de choses importantes. Être avec son papa, ou sa maman, durant une journée privilégiée alors que les copains sont à l'école est un moment unique. Un moment qui donnera la pêche pour les jours à venir.

 

Mes émotions - Libby Walden et Richard Jones

Édition : Nord-Sud

Il y a de plus en plus d'ouvrages abordant les émotions, pour ma part, j'ai un peu de mal à accrocher avec les plus classiques, ceux que l'on voit partout. Alors lorsque j'ai découvert celui-ci dans une librairie au Québec, j'ai été conquise. L'enfant parle, s'exprime, il nous livre ce qu'il se passe dans sa tête. Les images sont douces, colorées et graphiques. A chaque page, les émotions se succèdent. L'ouvrage existe également en version anglaise sous l'intitulé « Feelings ».



Les trésors de Rosine - Christelle Vallat et Mélanie Florian

Édition : Alice

Rosine passe ses journées sur le banc dans le parc. Elle observe les allées et venues de toutes ces personnes qui baissent la tête ou s'éloignent lorsqu'ils passent près d'elle. Gaspard lui demande si elle est pauvre. Rosine lui répond que oui, et propose de lui montrer les quelques trésors qu'elle possède. Ainsi, elle l'emmène dans un univers positif, de choses qui la réconfortent même lorsque tout va mal. Un sujet délicat, abordé avec finesse et poésie.



Qui a vu le loup ? - Alex Sanders

Édition : Loulou et Compagnie

J'aime beaucoup ce livre. Les enfants l'adorent aussi car il permet d'interagir avec eux. Le dessin du loup n'a rien de complexe, ni même les phrases. Elles sont courtes, parlante. Un livre humoristique car ici, les rôles sont inversés, car finalement, c'est le loup qui a peur des enfants.


Alors, quel livre vous fait de l’œil ? N'hésitez pas à aller dans la catégorie « Univers enfant » puis « Livres pour enfants » pour retrouver toutes mes sélections !
*Cet article contient des liens d'affiliations vers Amazon - si vous le pouvez achetez d'occasion !

New-York City - Manhattan #1

8 mars 2020

https://www.notebook.ldmailys.com/2020/03/new-york-city-manhattan-1.html

New-York. J'en aurai mis du temps pour t'écrire. La quantité de photos que j'avais à trier me paraissait si grande. Mais surtout, je crois que je n'étais pas prête. Je n'aurai jamais pensé aimer New-York. Bien que notre lieu de logement m'ait paru insécure et m'a causé pas mal d'angoisses le soir venu, j'étais tout de même ravie de retrouver chaque jour l'effervescence de la ville. Lorsque nous sommes arrivés, nous avons vu de nuit, les buildings de Manhattan. Épuisés par nos derniers jours de roadtrip à Buffalo et Toronto et ses imprévus nous ne sommes pas ressortis. L'excitation a continué de monter, une journée de plus. New-York, est immense. Même en une semaine là-bas il nous a été impossible de tout découvrir, même les aspects uniquement touristiques. Il y en a tant. J'aimerai y retourner, je crois. Ici bizarrement, le bruit, la pollution, la foule ne m'a pas dérangée. Je ne suis pourtant pas une fille de la ville. Rien qu'à Paris, je suis physiquement malade quand j'y vais, et j'ai beau y être allée 4 fois, Paris ne me charme toujours pas. Mais New-York. J'ai eu l'impression d'être absolument minuscule, et que finalement, avec cette « hauteur sous plafond » grâce aux buildings immenses, j'ai moins eu cette sensation d'étouffement que j'ai généralement dans les villes que je visite. New-York était comme je l'imaginais. En mouvement constant, bruyante, énergique, riche autant de personnes différentes, que de cultures différentes. La période à laquelle nous y étions - octobre - me paraît vraiment idéale. La foule touristique, bien que constante dans ce type de ville, m'avait l'air d'être réduite; la température, qui doit être étouffante l'été, était parfaite à cette période.


Colombus day :

Notre première journée là-bas a été interrompue par le Columbus Day. Le défilé se déroule dans l'une des artères principales de la ville, et tout est bouché deux rues avant sur tout le trajet du festival. Un vrai casse-tête. Nous y avons assisté un moment, sans trop comprendre ce qui se déroulait sous nos yeux. Columbus Day, d'accord, mais pourquoi n'y avait-il que des italiens ? Jusqu'à ce qu'une petite recherche sur Google nous apprenne que Christophe Colomb est né à Gênes, en Italie... On a mis un moment avant d'arriver à s'éloigner de la foule et de la parade. Puis nous avons commencé notre exploration.

 
 
Cartoville :

Comme vous le savez, lorsque je visite une ville, j'utilise un guide Cartoville. Ils sont à la fois discrets, pratiques, ils se rentrent dans les poches, se déplient hyper facilement. Ils regroupent l'essentiel que l'on peut voir d'un seul œil, il est aussi assez détaillé pour servir de carte. Même si à New-York il y a le Wifi presque partout et que j'avais un forfait illimité Internet à l'étranger. Comme pour Venise, San Francisco ou même Prague, ce billet de voyage sera donc organisé en fonction des catégories et onglets du guide Cartoville de New-York.

L'une de mes appréhensions au niveau photographique était de ne pas réussir à photographier la ville. La photographie des rues, des voitures, ce n'est pas trop mon style et je ne trouve pas vraiment ça photogénique. J'ai donc du sortir de ma zone de confort et tenter quand même. Je trouve certaines de mes photos très réussies et j'adore le rendu. Finalement, les rues, les voitures, peuvent être photogéniques quand on arrive à composer la photo, à la prendre au bon moment, à changer notre angle de vue. Vous me dites ce que vous en pensez ?


Downtown / TriBeCa :

Path Station (The Occulus) :

Cette station est d'une luminosité incroyable. La sensation de perspective est superbe et l'architecture unique en son genre. Elle est évidemment très visitée mais il est possible de tout de même confortablement l'admirer. Elle se trouve juste à côté du 9/11 Memorial donc n'hésitez pas à y passer.

World Trade Center :

C'est la tour la plus haute de New-York, l'observatoire est gratuit les mardis de 17h à 20h. Nous avons préféré monter en haut de l'observatoire du Top of The Rock pour admirer la ville. Sachez qu'il existe de nombreux billets couplant toutes ces visites. Pour notre part nous ne les avons pas pris puisque nous n'avions pas envie de passer notre semaine dans les musées et les files d'attente.

9/11 Memorial and Museum :

Je n'avais pas pensé à réserver le musée à l'avance, encore moins y aller tôt le matin. Ce que je vous recommande à 100% ! J'avoue qu'il ne me tentait pas non plus plus que ça, et la queue qui s'étendaient à perte de vue devant le musée nous a dissuadé de tenter d'entrer. On a préféré aller balader dans la ville plutôt que d'attendre des heures pour un musée, aussi important soit-il pour l'histoire de New-York. Le 9/11 Memorial quant à lui est accessible gratuitement. Deux immenses trous ont remplacés les tours jumelles, elles sont assez difficiles à imaginer, coincées là sur cette petite place mais l'endroit est rempli d'émotions infinies. Ils en ont vraiment fait un endroit respectueux, pas trop touristique (dans le sens où ils n'ont pas fait ça pour les attirer les touristes) en gardant l'intensité de la catastrophe et la beauté de l'endroit. C'est le genre d'endroit que j'ai bien du mal à photographier, je préfère rester dans une posture plus neutre, plus respectueuse à mon sens. Ces endroits sont incroyablement forts, même si on n'a pas vécu nous-même la catastrophe, même si nous étions trop jeunes ou pas encore nés pour nous en souvenirs. J'ai donc une seule photo de l'endroit, parce que je voulais pouvoir me souvenir de ce que j'ai ressenti en étant là.

Wall Street :

La rue est tellement étroite et les buildings tellement haut, qu'on a l'impression qu'ils pourraient presque se toucher. Il y avait beaucoup de monde devant le Federal Hall mais un peu plus loin, presque personne. On n'a pas trop aimé se trouver là, et on a vite été marcher vers d'autres endroits.

Statue de la Liberté et Ellis Island :

Vous avez la possibilité de prendre le ferry gratuitement en direction de Staten Island. Il ne vous arrêtera ni sur Liberty Island ni sur Ellis Island mais vous pourrez tout de même voir la statue de la Liberté. Il vous faut pour cela aller au Whitehall Terminal. Le ferry est gratuit. Devant le terminal nous avons été arrêtés par plein de personnes voulant nous vendre leurs tours pour des prix bien plus élevés que ceux que j'avais vu sur Internet. Si vous prenez tout de même le ferry à 26,25$ (passez par le site officiel de Liberty Island), pensez à y aller par le premier bateau du matin pour ne pas avoir trop de monde. Pour grimper en haut de la statue il faut réserver bien longtemps en avance. Sur Ellis Island, vous trouverez le musée de l'immigration. J'ai beaucoup aimé notre traversée en ferry vers Staten Island car elle offre un point de vue incroyable sur la ville.

 

SoHo / Greenwich Village / Meatpacking / Chelsea :

Bonnes adresses dans le quartier :

Magnolia Bakery : j'ai clairement eu les yeux plus gros que le ventre et nous avons mis 3 jours pour les terminer, mais qu'ils étaient bons ces cupcakes ! Presque autant que celui que j'avais pu goûter à Londres ! Vous en trouverez plusieurs dans New-York.

Amy's Bread : adresse non testée car nous y sommes passés à un moment où nous n'avions ni faim, ni besoin d'acheter à manger mais dont j'ai lu beaucoup de bien dans les différents articles que j'avais pu découvrir avant mon départ. Il y en a plusieurs aussi dans New-York mais la plus citée est celle du Chelsea Market.

Murray's Bagels, 500 6th Ave : adresse non testée non plus, je l'avais aussi beaucoup vue revenir dans les différents articles, c'est que ça ne doit pas être trop mal alors je vous la met ici aussi, au cas où vous rechercheriez l'inspiration.

Chelsea Piers :

Si j'avais repéré le Chelsea Piers, c'est parce que nous pouvions y pratiquer du batting cages à The Field House, comprendre, du baseball dans des cages. Heureusement que j'avais aussi envie de découvrir la ville parce que j'aurai clairement pu y passer de longues heures. J'ai adoré ça, à mon grand étonnement. C'était vraiment une super expérience et j'espère qu'un jour j'aurai l'occasion de voir un vrai match de baseball ! Si vous n'êtes pas ultra-pressés par le temps c'est une activité que je vous recommande. Les tarifs sont abordables si vous avez décidé de quand même vous faire plaisir de temps en temps. Ça fonctionne sous forme de jetons, et vous pouvez en racheter autant de fois que vous voudrez. Il ne faut juste pas être pressé car il y a peu de cages et si il y a d'autres personnes il faudra faire chacun son tour. D'ailleurs, on a ramené des balles de baseball comme souvenirs (on les a achetées bien sûr pas ramenées du Chelsea Pier !)

Tarifs : (1 jeton = 10 balles) 1 token = 3$, 5 tokens = 15$, 10 tokens = 30$, 15 tokens = 45$, 20 tokens = 60$. Il y a bien sûr des nombres de jetons alternatifs, vous choisissez ce que vous voulez.

Chelsea Market :

Le Chelsea Market ne m'a pas plus attirée que ça, il y avait énormément de monde, et nous n'avons probablement pas fait le tour du market en entier mais vous y trouverez votre compte si vous aimez les petites boutiques et restaurant. La décoration, à l'approche d'Halloween était particulièrement glauque.

The High Line :

Là encore, nous nous sommes retrouvés face à du monde - c'est même un euphémisme, il nous fallait jouer des coudes pour avancer. Vraiment beaucoup trop à notre goût, donc. L'endroit est tout de même charmant et permet plusieurs vues sur les rues de New-York, tout cela dans un écrin de verdure.  Il faut dire aussi que nous avons eu un super temps à New-York et qu'il faisait donc beau ce jour-là.

Washington square :

Ici j'ai enfin eu la sensation d'être dans un New-York plus authentique. New-York est authentique quoi qu'il arrive, mis à part sur les sites comme le 9/11 Museum ou la High Line, je n'ai jamais eu l'impression d'être entourée uniquement de touristes comme ça peut arriver dans d'autres villes. Mais ici, l'espace était plus large, les immeubles moins hauts, on avait la sensation d'avoir gagné en place. Les gens jouent de la musique, se retrouvent pour boire un café.

SoHo historic district :

Dans SoHo, nous n'avons pas croisé un chat. Quelques passants, habitant probablement le quartier. Mon chéri avait repéré une pizzeria dont j'ai oublié le nom, mais au vu du monde à l'intérieur (peut-être aussi des prix) nous avons renoncé à y aller. Il risquait d'y avoir beaucoup d'attente et j'avoue que je n'avais pas envie de perdre des heures dans un restaurant. Le quartier était particulièrement typique, exactement comme j'imagine les quartiers alentours de Manhattan. Les immeubles en brique avec les escaliers extérieurs, tout comme dans les films !

Flatiron Building :

Là encore, le coin était désert. Malheureusement, il était en travaux (les aléas de voyager hors saison) et couvert d’échafaudages et d'une toile - impossible donc d'admirer ce bâtiment iconique de la ville !

 

Chinatown / NoLIta / Lower East Side / East Village :

Bonnes adresses :

S'MAC, 197 1st Avenue : pour déguster des macaronis & cheese. Adresse non testée mais ce n'est pas l'envie qui en manquait.

Clinton Street Baking 4 Clinton St : parait-il que leurs pancakes sont à tomber. Nous ne sommes pas allés vérifier mais une autre fois peut-être !

Little Italy et Chinatown :

Nous n'avons pas passé beaucoup de temps dans ces deux quartiers. Je les ai trouvé sans grand intérêt, trop surfaits et pas vraiment représentatifs des cultures - enfin, je l'espère. Mon chéri a plutôt bien aimé Chinatown en revanche. Il faudrait que je lui demande ce qu'il lui a trouvé parce que je n'avais qu'une envie, c'était de sortir d'ici. Nous avons découvert ces deux quartiers sous un gris pluvieux, ça n'a peut-être pas joué en leur faveur. Surtout quand je vois combien toutes les photos que l'on peut trouver dans les articles et sur Internet sont colorées, joyeuses, etc. En tout cas, si vous cherchez à manger Chinois et Italien, vous trouverez forcément votre bonheur ici.

Times Square / Midtown West / Rockefeller Center :

Bonne adresse dans ce quartier :

Dough Doughnuts, 14 W 19th St : rien que les photos sur leur site me donnent envie de dévorer quelques donuts. Nous n'avons pas testé mais je l'ai beaucoup vu recommandée !

Times Square :

Ici encore, cette fameuse rue tant emblématique de New-York était en grande partie en travaux. Je l'ai trouvée impressionnante, vibrante et surpeuplée. Un peu démesurée aussi. Nous y sommes passés rapidement, sans même nous rendre compte - sur le coup - d'où nous nous trouvions. L'ambiance doit être encore bien différente à la nuit tombée. Ici, une énergie différente raisonne. New-York est enivrante pour cela, pour ses changements d'ambiance et d'humeur en fonction des rues et des quartiers. On le ressens particulièrement ici.

General Post Office :

Cet immense bâtiment m'a fait pensé au parvis sur lequel s’assoit la dame aux pigeons dans Mary Poppins. The General Post Office, comme son nom le laisse imaginer est tout simplement une Poste mais le bâtiment est immense et l'intérieur unique en son genre. Elle ne fait pas partie des endroits touristiques habituellement visités, encore moins lors d'un premier séjour, mais j'avais pour ma part très envie de la découvrir !

Rockefeller Center :

Vous devez le savoir, je ne suis pas une personne qui apprécie les centres commerciaux. Cependant, je n'ai pas ressenti ici l'étouffement que l'on peut retrouver dans les centres commerciaux en France. Ici, il y a tellement d'étages et le bâtiment est si grand qu'on a la sensation d'être presque seuls dans les couloirs. On a un peu eu du mal à se repérer une fois à l'intérieur, ils devraient penser à mettre des plans à disposition. Nous y avons flâné un moment à cause de la pluie qui tombait à verse dehors. Nous forçant à reporter notre montée au Top of the Rock.

Top of the Rock :

Il vous faut absolument réserver à l'avance. Que ce soit sur place, ou en ligne. La météo étant imprévisible, ils offrent la possibilité de modifier votre billets à volonté pour 1$ (prix d'édition du billet). Nous avons eu recours à ce service car le jour que nous avions choisi, le temps était couvert, les nuages particulièrement bas et le ciel extrêmement menaçant. Les personnes à l'accueil ont été très compréhensives. Nous avions réservé dans les créneaux de la Golden Hour. Ils sont très stricts sur les horaires de montées donc soyez bien à l'heure et n'essayez pas de monter avant votre heure. L'accès jusqu'en haut se fait rapidement, mais c'est ensuite que vous aurez la queue pour accéder en haut. Comptez au moins 30 minutes. Vos sacs seront vérifiés en haut. Vous avez ensuite un film qui vous présente la construction et l'histoire de la construction. Ce film dure à nouveau une 30aine de minutes et vous montez au compte-gouttes. Si vous voulez y être à une heure précise il vous faudra monter au moins 1h avant. J'avais prévu le coup et on s'est retrouvés là-haut à la tombée du jour. Les couleurs et les lumières étaient incroyables. Une fois là-haut, vous pouvez y rester autant de temps que vous le souhaitez. Pensez à vous couvrir car il y fait très froid. L'accès au dernier étage était impossible lors de notre journée car il y avait beaucoup trop de vent. Les heures de réservation pour les Sunset Hours sont plus chères que les autres créneaux horaires. Pour réserver, vous pouvez passer directement par le site internet de la Top of The Rock. Les Sunset hours sont ajustées en fonction de la saison, pour notre part, en octobre, elles commençaient vers 16h30 pour terminer vers 18h10. Ensuite il faisait nuit. Pour les Sunset hours il vous faudra ajouter 10$ par ticket. Au total nous avons donc payé 96$ pour deux. Sans regrets tant c'était magnifique.

Museum of Moderne Art (MoMa) :

Nous avons été jusque devant le MoMa le vendredi vers 18h (le MoMa est gratuit le vendredi de 16h à 20h) mais il y avait un monde fou. Puis nous étions habillés en mode touristes quand tous les autres étaient en vêtements de ville. Mon chéri n'étant pas très Modern Art et moi ayant déjà découvert celui de San Francisco, nous avons finalement renoncé à y aller. Vous pouvez acheter vos billets sur place, les acheter directement sur leur site en ligne (paiement en dollar) ou passer par Civitatis (paiement en euros). Ce que j'aime avec Civitatis c'est que les tarifs de leurs ventes sont stables et représentent le prix réel en euro. Plus exactement, 25$ sont égaux à 22,15€ et Civitatis vend le billet 22,10€ - pas de marge et pas d'arnaque donc et si votre banque prend un taux de change lorsque vous payez dans une monnaie étrangère, vous êtes gagnant à payer en euros !

The Vessel :

Un bâtiment architectural tout à fait surprenant. J'ai beaucoup aimé le coin, il est très vert, le bruit de la route paraît loin. Il y a du monde au pied du Vessel car il est possible d'y monter mais en vous baladant un peu autour, vous ne ferez que croiser les personnes qui travaillent dans le coin. Nous ne sommes pas montés, la queue nous paraissant interminable mais si j'en crois les photos, découvrir la face interne du Vessel vaut autant le coup que la face extérieure ! Il faut obligatoirement réserver pour y monter. Il y a des bornes en bas de l’œuvre mais vous pouvez également réserver en ligne. Les plages horaires s'ouvrent 14/15jours avant. Si vous n'arrivez pas à obtenir une réservation, la réservation au jour J est apparemment possible moyennant 10$ via le site en ligne.

 
 
 
 

Midtown East / Fith Avenue :

Empire State Building :

Nous avons choisi de ne pas monter à l'observatoire, lui préférant le Top of the Rock. Il vous faudra compter 42$ par adulte pour accéder au 86th étage, soit l'observatoire principal. Vous pouvez réserver sur place, sur leur billetterie en ligne (paiement en dollars) ou sur Civitatis (paiement en euros). Il est aussi possible d'accéder au 102nd étage apparemment uniquement en billets couplés avec le 86th étage pour le prix de 72$. Comme pour tout il y a des billets coupe-file ainsi que des tarifs plus élevés pour le Sunset et le Sunrise. 

New-York public library :

L'accès à la librairie est totalement public et gratuit. A l'intérieur, j'ai retrouvé cette sérénité et cette beauté des bibliothèque à l'étranger. Je n'en ai encore jamais découvert une comme ça en France. Ces lieux que l'ont voit dans les films, sont si fidèles dans la réalité. La rue qui monte jusqu'à la librarie est pavée de petites citations sur le trottoir. Dans l'idée du Walk of Fame à Los Angeles mais avec ici, des citations d'écrivains. Quant à la librairie en elle-même, elle vaut le détour.

Grand central terminal :

J'avais noté qu'il fallait s'y rendre le soir - et pour cause, son plafond n'est qu'une immense voûte céleste. C'est déjà magnifique en pleine journée, alors j'imagine que le lieu doit revêtir une ambiance spéciale lorsqu'il fait nuit. Le reste du Grand Central Terminal mérite aussi que l'on s'y attarde, le marbre de partout, les grands escaliers, les guichets anciens. Tout est parfaitement conservé, à l'ancienne.

 

Pour plus de fluidité de lecture, j'ai transféré la partie « Nord » de Manhattan dans un second article et j'en ai rédigé un spécialement pour Brooklyn ! Alors à très vite.

Et vous, New-York, coup de foudre ou pas ?  
* Cet article contient des liens de filiation vers Civitatis et Fnac Awin.